Victoire

Victoire

2014 - 2020
Mâle

Né(e) le : 16 avril 2014
Disparu(e) le : 10 avril 2020

De : PERPIGNAN


Maître·sse : razielvictoire


Signe particulier :
Grand yeux verts


Friandise préférée :
Catisfaction crevette thon


Jouet préféré :
Souris avec plume


Meilleurs amis :
Prince

Vous avez été touché(e) par cette page, découvrez ici d'autres témoignages.

En mémoire de Victoire

16 8 32

Tu es née la semaine du 16/4/2014 et je t’ai trouvé le 3/6/14 avec tes frères et sœurs dans le jardin de ma cousine. Livré à toi même dans ce jardin sans connaître aucune chaleur humaine. Alors on t’a couru après jusqu’à ce que tu essaies de retourner dans ta cachette et te prennent un pot de fleur dans la tête en fonçant dessus. C’est comme ça que j’ai trouvé ton nom : victoire, c’est après que j’ai appris que tu étais un mâle mais peut être tu étais ma victoire. Je t’ai enfermé avec l’aide de mes cousins dans une cage à oiseaux puis je suis repartie avec toi après ton premier repas : de la truite. Enfermé dans cette boîte à chaussure trouée tu as fais tes premiers pas chez moi. Les débuts n’ont pas été facile. Tu passais ton temps dans le canapé. Je devais mettre des cris de chaton pour te sortir de la. Puis après on pouvait faire notre sieste sur le canapé tu dormais sur mon épaule contre le canapé. Cette habitude tu ne l’a jamais perdu. Toujours même quand je m’endormais avant toi je me réveillais avec toi à côté de ma tête, de mon cou. On était tout seul pendant très longtemps. Tu m’as soigné à ta manière. Tu m’as prouvé que je pouvais être aimé à ta manière. Je te parlais et tu me répondais. On ne se comprenais pas toujours mais on s’aimait vraiment. J’étais la seule à pouvoir t’approcher. Une semaine après ton adoption je devais te ramener chez le vétérinaire tu l’avais déjà vu le demain de ta première nuit chez moi. Tu pesais 600g mais tu avais un grand appétit que tu as gardé. Une semaine après ton poids avait doublé mais tu avais une corriza. J’avais toujours mis la beauté de tes yeux sur cette maladie, c’est absurde mais à force de te donner le traitement. Je connaissais tes yeux par cœur. Je suis partie 3 jours à paris et après ça je me souviens que la nuit au je suis rentrée tu as pleuré pour dormir avec moi. Et après cela tu n’as jamais plus quitté ta place auprès de moi. Pendant c’est 5 années tu as étais exceptionnel. Obéissant jamais destructeur, dormant toujours avec moi. Quand je me suis fais opérer en 2015 après tu as étais ma seule angoisse qui serait là pour toi si je ne pouvais pas l’être. J’aurais jamais cru que je devais penser si vite a faire moi sans toi. Et je sais pas encore comment arrêter mes larmes. Parce que tu étais la quand j’étais toute seule quand je te serrais contre moi. Tu connaissais toute ma vie. On a lu ensemble, pleurait. Il m’arrivait même de m’endormir sur toi et me réveiller en t’ayant baver dessus. Mon gros chat tu m’as tellement aidé dans tellement de moment que je ne peux pas tous les écrire. Tu étais mon encre. Si intelligent que si je tendais mes lèvres en disant bisous tu collais ta tête. Je ne sais pas comment je ferais dans toi pour dormir toujours à la même place. Mon premier réflexe dans la nuit c’était de te toucher, des que je me réveillais dans la nuit ou que je faisais un cauchemar tu ronronnais. J’ai toujours cru que ça voulait dire « t’inquiète je suis là. ». Perdu sans toi, c’est ce que je suis maintenant. J’avais pris un autre chat depuis 7 mois et tu t’y es fais tu dormais même parfois avec. Même si le matin, le week-end tu ne voulais qu’une chose te coller contre moi sous la couette. J’adorais tes coups de pattes si doux pour que je me décale dans le canapé pour que l’on dorme ensemble. Mais tu n’as pas eu le choix de me laisser tu étais malade et malgré deux jours chez le vétérinaire personne ne peux guérir d’un cancer du foie métastasé. C’était trop rapide tu n’as pas eu le temps de me le dire. Toi qui me regardait prendre la douche pour me lécher les jambes. Toi qui venait regarder la fenêtre avec moi quand il y avait lulu le chat du quartier. C’était pas une complicité c’était de l’amour du vrai, du pure. Quand je revenais en vacances tu miaulais si fort il nous fallait du temps pour nous retrouver pour que tu sois rassuré que je sois vraiment là. Merci mon bébé de m’avoir laisser te dire au revoir même si notre amour mériterait des mots plus long. Sache que tu seras toujours avec moi car ce n’est qu’un au revoir on se retrouvera dans un endroit où l’on pourra manger ensemble des crevettes, « une pour toi, une pour moi. ». Je ne pensais pas écrire tout ça mais mon cœur déborde et tu n’es plus là. J’ai répété cette phrase cents fois quand tu étais dans mes bras mais mon bébé je t’aime tellement. Que c’est sur je vais devoir cicatrisé car tu as vraiment pris une partie de mon cœur. Au revoir mon bébé.

Ton humaine

Vous souhaitez déposer un commentaire dans cette liste de discussion ? Pour ce faire, il faut vous créer un compte. La création de compte est GRATUITE : Créez votre compte ou bien identifiez vous.

32 commentaires

  • Dans nos coeurs pour toujours

    De : Rachel1011

    05/05/2020 à 11:42:05

  • De : puce62

    01/05/2020 à 17:29:26

     

    Votre Victoire était bien mignon 

    Il repose en paix sur la félinosphère.????

    Courage à vous

    Isa maman de Gribouille 

     

    Tu n'es plus là où tu étais mais tu es partout là où je suis.

    Victor Hugo   

  • L'amour est éternel

    De : puce62

    30/04/2020 à 23:29:17

  • Repose en paix

    De : puce62

    30/04/2020 à 23:29:13

  • Je partage votre douleur

    De : Tyler1106

    21/04/2020 à 14:07:44